Blogue

Féminisation : « Commis » ou « Commise » de bureau?

twitter facebook linkedin
Féminisation : « Commis » ou « Commise » de bureau?

(La réponse à notre question après la brève introduction suivante.)

***

Ça y est! Après des années de refus obstiné, l'Académie française vient enfin de se déclarer ouverte à féminiser les noms de métiers et de fonctions.

Dans un rapport publié le 28 février dernier, l'institution reconnait* qu'« en ce début de XXIe siècle, tous les pays du monde, et en particulier la France et les autres pays entièrement ou en partie de langue française, connaissent une évolution rapide et générale de la place qu’occupent les femmes dans la société [...]. Il en résulte une attente de la part d’un nombre croissant de femmes, qui souhaitent voir nommer au féminin la profession ou la charge qu’elles exercent, et qui aspirent à voir combler ce qu’elles ressentent comme une lacune de la langue. »

Cela dit, l'Académie n'est tout de même pas prête à faire des propositions concrètes. Bousculée, elle a plutôt décidé de « confier à une commission l’étude de l’évolution de l’usage et des problèmes qui réfèrent à ce sujet, et a chargé celle-ci de lui soumettre des propositions ». Il faudra sans doute attendre encore quelques années avant d'obtenir des résultats concrets.

En attendant, on continuera de se tourner vers les suggestions que fait depuis des années
l’Office québécois de la langue française (OQLF) à l’adresse suivante : https://bit.ly/2BZoGSW

*** 

On peut constater dans ce répertoire que l'on peut dire et écrire commise de bureau ou commis de bureau.

Commis fait partie des noms masculins se terminant par [...]

Lire la suite

« Banc de neige » : anglicisme ou pas?

twitter facebook linkedin
« Banc de neige » : anglicisme ou pas?

L'OQLF continue de nous surprendre. Récemment, l'organisme a publié une mise à jour de l'expression banc de neige, qui était jusqu'alors considéré comme un calque du mot anglais snowbank.

« Le mot banc de neige, pour désigner un amas de neige compacte, formé naturellement par accumulation ou lors d’un déneigement, a autrefois été critiqué par plusieurs observateurs de la langue au Québec. Aujourd’hui, il est bien reçu dans l’usage et figure dans plusieurs ouvrages de référence, tant du Québec que de la France, où il est donné comme caractéristique du français québécois. »

Cette expression serait utilisée depuis au moins [...] 

Lire la suite

Besoin de gabarits pour vos écrits?

twitter facebook linkedin
Besoin de gabarits pour vos écrits?

Dans le feu de l'action, il n'est pas toujours évident de pondre, de façon minimalement inspirée :

  • une lettre d'invitation, de remerciements ou de félicitations;
  • une réponse à une demande de renseignements;
  • une réclamation pour erreur de facturation ou une lettre de recouvrement;
  • un avis de nomination ou de convocation;
  • une annonce d'offre d'emploi ou un bon de commande;
  • etc.

Plutôt que de se creuser les méninges, il est tentant de s’inspirer de modèles existants.

Oui, mais où en trouver qui soient adaptés au marché du travail québécois, sans passer de longues heures à fouiller les résultats de recherche de Google?

Nous vous suggérons de consulter le site suivant de l'éditeur Publications Québec : [...]

 

Lire la suite

« Et/ou » : maintenant acceptée par l'OQLF

twitter facebook linkedin
« Et/ou » : maintenant acceptée par l'OQLF

Après l'avoir critiquée durant des années, l'OQLF accepte désormais l'utilisation de la tournure et/ou.

Cette expression de coordination est un emprunt à l'anglais « and/or ». Apparu dans les années 1900, le terme se retrouvait essentiellement dans les domaines juridique et technique. Au fil du temps, il est devenu de plus en plus populaire dans les publications non spécialisées.

Étonnamment, cette expression est contestée même dans les grammaires anglophones !
Bon nombre de linguistes des deux langues ne voient d'ailleurs toujours pas l'intérêt de l'adopter dans des textes littéraires ou administratifs.

En effet, le ou peut exprimer aussi bien :
- le choix entre deux termes ou deux idées : « Lors de notre prochain voyage, nous irons (soit) en Croatie ou (soit) en Allemagne. »;
- que l'addition : « ... dans des textes littéraires ou administratifs » (dans les uns, dans les autres, ou dans les deux).    

L'OQLF explique son changement de perspective de la façon suivante :
[...]

Lire la suite

« Addiction » - Anglicisme ou pas?

twitter facebook linkedin
« Addiction » - Anglicisme ou pas?

Voilà un terme pour lequel il existe des différences majeures quant à son acceptation entre la France et le Québec.

Précisons d'abord qu'il s'agit d'un emprunt intégral à l'anglais, tout comme l'adjectif addictif.

Cela dit, en France, le mot addiction est utilisé couramment. Il est répertorié dans les dictionnaires comme faisant partie de l'usage, sans être considéré comme un anglicisme.

Employé d'abord en médecine et en psychologie pour évoquer une dépendance à des substances (tabac, alcool, drogues) ou à des comportements potentiellement nocifs (jeux, achats compulsifs, déviances, etc.), il s'est répandu largement dans les médias.

Au Québec, l'OQLF considère toujours ce mot comme un anglicisme, et lui préfère le terme dépendance qui décrit exactement le même phénomène. 

Pour plus de détails, voir la fiche suivante : http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?T1=addiction&btn_chercher=CHERCHER&id=5311.

Lire la suite
  • Modes de paiement

    Nous acceptons le paiement par cartes de crédit ou par PayPal. (Évidemment, vous pouvez aussi payer par chèque ou par dépôt direct.)

    Types de paiement

  • Écrivez-nous

    Vous souhaitez obtenir plus de renseignements ou recevoir une offre de service ?

    Cliquez ici

  • Abonnez-vous

    Recevez gratuitement par courriel nos petits tests de français écrit et d'autres renseignements sur nos formations.

    Soumettre
Suivez-nous sur les réseaux sociaux facebook twitter
Nos formations