Blogue

Nouvelle proposition de traduction de « Fake News »

twitter facebook linkedin
Nouvelle proposition de traduction de « Fake News »

« Fake News » : un terme que le président américain a rendu viral à force de l'utiliser dans chacune de ses conférences de presse.

À peine deux ans après son apparition, cette expression a atteint les 40 millions d'occurrences dans l'outil de recherche Actualités de Google!

L'OQLF a donc publié récemment une fiche dans laquelle elle propose tout simplement « fausse nouvelle » pour traduire ce concept défini ainsi : 
« Publication qui imite la structure d'un article de presse, qui comprend à la fois des renseignements véridiques et des renseignements erronés. Les fausses nouvelles sont créées pour diverses raisons : elles peuvent servir à générer du trafic sur les sites Internet qui tirent leurs revenus de la publicité, à favoriser un parti politique au détriment d'un autre ou à entacher la réputation d'une personnalité publique, par exemple. Dans tous les cas, elles sont conçues pour tromper le lectorat. »

Le 4 octobre dernier, la Commission d'enrichissement de la langue française a pour sa part proposé l'intéressant néologisme [...]

Lire la suite

« Addiction » - Anglicisme ou pas?

twitter facebook linkedin
« Addiction » - Anglicisme ou pas?

Voilà un terme pour lequel il existe des différences majeures quant à son acceptation entre la France et le Québec.

Précisons d'abord qu'il s'agit d'un emprunt intégral à l'anglais, tout comme l'adjectif addictif.

Cela dit, en France, le mot addiction est utilisé couramment. Il est répertorié dans les dictionnaires comme faisant partie de l'usage, sans être considéré comme un anglicisme.

Employé d'abord en médecine et en psychologie pour évoquer une dépendance à des substances (tabac, alcool, drogues) ou à des comportements potentiellement nocifs (jeux, achats compulsifs, déviances, etc.), il s'est répandu largement dans les médias.

Au Québec, l'OQLF considère toujours ce mot comme un anglicisme, et lui préfère le terme dépendance qui décrit exactement le même phénomène. 

Pour plus de détails, voir la fiche suivante : http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?T1=addiction&btn_chercher=CHERCHER&id=5311.

Lire la suite

Taux d'intérêt(s) – Avec ou sans « s »?

twitter facebook linkedin
Taux d'intérêt(s) – Avec ou sans « s »?

Nouveau combat. Ci-dessus : TVA. Ci-dessous : Radio-Canada.
Même nouvelle : la banque fédérale américaine augmente ses taux d'intérêt(s).
Selon vous, qui a raison?

Intérêt - RC

Lire la suite

Hawaï ou Hawaii ?

twitter facebook linkedin
Hawaï ou Hawaii ?

Selon vous, qui a raison?
Radio-Canada, avec son « Hawaï »?
Ou plutôt La Presse, avec son « Hawaii »?

Hawaii - La Presse

Nous sommes bien d'accord : les gens dont les maisons ont été détruites se foutent complètement de savoir comment on doit écrire Hawaï en français. Maintenant que c'est dit, voyons voir.

Selon Antidote, [...]

Lire la suite

« Mon nom est... » n'est plus un anglicisme

twitter facebook linkedin
« Mon nom est... » n'est plus un anglicisme

Récemment, l’Office québécois de la langue française (OQLF) a mis à jour sa fiche ayant trait à « Mon nom est… ».

Depuis des années, cette locution était considérée comme un anglicisme, traduction littérale de « My name is… ». On suggérait de la remplacer par « Je m’appelle… » ou « Je suis… » au moment de se présenter : Je m’appelle Denise Beaulieu, ou Je suis Jose Garcia.

Dans ses choix et décisions, l’OQLF semble donc accélérer son virage vers le descriptif (décrivons l’état de la langue d’usage) plutôt que le prescriptif (déterminons la norme). Après contact (relation, en parlant d’une personne), leader (chef, dirigeant, meneur), legging (collant sans pieds), grilled cheese (sandwich au fromage grillé), etc., voilà que l'expression « mon nom est… » est devenu acceptable parce que largement utilisée depuis des années.

Voici l'explication de l'organisme : [...]

Lire la suite
  • Modes de paiement

    Nous acceptons le paiement par cartes de crédit ou par PayPal. (Évidemment, vous pouvez aussi payer par chèque ou par dépôt direct.)

    Types de paiement

  • Écrivez-nous

    Vous souhaitez obtenir plus de renseignements ou recevoir une offre de service ?

    Cliquez ici

  • Abonnez-vous

    Recevez gratuitement par courriel nos petits tests de français écrit et d'autres renseignements sur nos formations.

    Soumettre
Suivez-nous sur les réseaux sociaux facebook twitter
Nos formations