Blogue

Retour au billet

Corrigé - Article du Figaro

Pour en faciliter la lecture, nous reproduisons ici les premiers paragraphes de l'article du Figaro diffusé le 17 février dernier.

(titre)
Jugé comme une « insulte à la langue française », le slogan des JO 2024 va être assigné en justice

(texte)
Déjà fortement critiqué lorsqu’il avait été dévoilé le (1) slogan de la candidature de Paris, Made for sharing, va être attaqué par plusieurs associations de défense de la langue française.

« Dévoilé début février, le slogan de la candidature de Paris pour les JO 2024, « Made for Sharing », avait été accueilli avec beaucoup de scepticisme. Et la fronde ne semble pas prête de (2) s’arrêter. Lorsqu’il avait été affiché sur la Tour (3) Eiffel, de nombreuses figures publiques s’étaient élevées contre ce slogan (traduire : Fait pour partager en Français). (4)

« La présidente du Front National et candidate à l’élection présidentielle, Marine Le Pen, avait qualifié celui-ci de « trahison linguistique ». « Ce slogan ne sera jamais le mien. Honte à vous », avait surenchérit (5) son vice-président, Florian Philippot, sur twitter (6). Ces dernières heures, celui-ci (7) avait aussi été critiqué par l’Académie Française (8) : "Même si le comité de candidature a prévu une version seconde de ce slogan, en français, l'Académie française exprime à l'unanimité sa réprobation devant la décision du comité d'accorder la priorité à la langue anglaise pour porter la candidature olympique de la ville de Paris."

« Le coup de grâce a été porté ce vendredi, quand, comme nous l’apprenait RTL, un collectif d'associations de défense de la langue française décidait de déposer une assignation devant le tribunal administratif pour le retrait du slogan, qui devrait arriver (9) lundi 20 février. (10)
[…]

« Défendues (11) par Emmanuel Ludot, ces organismes ont également demandé le retrait du compte à rebours et de la chanson qui avaient accompagnés (12) le slogan lors de la cérémonie de lancement, le 3 février dernier. »
[…]

___________________

Explications des 12 erreurs 

1)  « Déjà fortement critiqué lorsqu’il avait été dévoilé le slogan […] »
L’ajout d’une virgule après dévoilé permettrait de respecter les règles de construction des phrases et de faciliter la compréhension du texte.
« Déjà fortement critiqué lorsqu’il avait été dévoilé,(virgule) le slogan […] »

2)  « Et la fronde ne semble pas prête de s’arrêter. » 
Comment distinguer les homophones prêt et près?
La locution prépositive près de établit une proximité (dans le temps ou dans l’espace), mais aussi en lien avec une action. 
La guerre en Syrie ne semble pas près de s’arrêter.

L’adjectif prêt signifie « disposé à » ou « préparé à ». Il s’utilise seul ou uniquement avec les prépositions à et pour. 
Elle est fin prête à relever ce défi. Il est prêt pour la rentrée.
On n’utilise jamais prêt avec la préposition de.

Donc, l’auteur aurait dû écrire : La fronde ne semble pas près de s’arrêter.

3)  « […] sur la Tour Eiffel […] »
Le site Internet officiel de ce site touristique indique clairement que le mot tour lorsqu'il est apposé à Eiffel prend un t minuscule.
« […] sur la tour Eiffel […] ».

4)  « […] (traduire : Fait pour partager en Français). »
Le français s'écrit avec une minuscule lorsque l’on évoque la langue officielle parlée en France et au Québec, entre autres.
Le Français, la Française = une personne qui est née ou qui habite en France.

5)  « […] avait surenchérit son vice-président […] »
Le participe passé de surenchérir, comme finir, est surenchéri (sans t).

6)  « […] sur twitter. »
En parlant, comme ici, de la plateforme permettant l’échange de microblogues, Twitter est une marque déposée. Ce mot prend donc une majuscule.

7)  « Ces dernières heures, celui-ci avait aussi été critiqué […] »
On note la présence de deux pronoms celui-ci à faible distance l’un de l’autre. Le premier renvoie clairement au « slogan ». Mais le positionnement du second pose problème. En effet, normalement, on utilise le pronom celui-ci en faisant référence à l’élément qui a été énoncé en dernier dans une phrase (lorsque plus d’un élément est mentionné).
« […] avait surenchéri son vice-président, Florian Philippot, sur Twitter. Ces dernières heures,celui-ci (Florian Philippot, dernier élément mentionné) avait aussi été critiqué par l’Académie française...
Or, ce n'est pas monsieur Philippot qui a été critiqué par l’Académie française. C’est le slogan.
L’auteur aurait eu avantage à soigner la construction de cette phrase pour permettre au lecteur ou à la lectrice de comprendre sans effort.

8)  « […] par l’Académie Française […]. »
La dénomination des organismes (de type professionnel, social, culturel, etc.) prend :

  • une majuscule au premier nom;
  • une majuscule si un adjectif précède le nom : le Nouveau Parti démocratique, le Petit Robert, la Première Guerre mondiale, le Grand Prix de Montréal;
  • une minuscule à l’adjectif ou au complément qui suit le nom : l’Académie française, l’Armée du salut, l’Union des producteurs agricoles, la Chambre de commerce de Québec.

9)  « […] qui devrait arriver lundi 20 février. » 
Qu’est-ce « qui devrait arriver lundi 20 février »?
a) Le retrait du slogan? Sûrement pas, puisque, après un dépôt d’assignation, il doit y avoir une comparution.
b) Le dépôt de l’assignation? Non, il a été fait « ce vendredi ».
c) La comparution devant le tribunal? Peut-être. On ne sait pas.

10)  « […] qui devrait arriver lundi 20 février» 
Une simple coquille ici. Il manque le mot le : « […] arriver le lundi 20 février. »

11)  « Défendues par Emmanuel Ludot, ces organismes […] »
Un participe passé employé seul s’accord avec le nom auquel il se rapporte. Organismes étant un nom masculin, il aurait fallu écrire : 
« Défendus par Emmanuel Ludot, ces organismes […]. »

12)  « […] le retrait du compte à rebours et de la chanson qui avaient accompagnés le slogan […]. »
Un participe passé employé avec l’auxiliaire avoir s’accorde avec le complément direct si ce dernier est placé avant. Ici, le complément direct le slogan est placé après. Accompagné ne s’accorde pas.
[…] qui avaient accompagné le slogan […]. »

  • Modes de paiement

    Nous acceptons le paiement par cartes de crédit ou par PayPal. (Évidemment, vous pouvez aussi payer par chèque ou par dépôt direct.)

    Types de paiement

  • Écrivez-nous

    Vous souhaitez obtenir plus de renseignements ou recevoir une offre de service ?

    Cliquez ici

  • Abonnez-vous

    Recevez gratuitement par courriel nos petits tests de français écrit et d'autres renseignements sur nos formations.

    Soumettre
Suivez-nous sur les réseaux sociaux facebook twitter
Nos formations